Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog


Nom du blog :
jubilatedeo
Description du blog :
Catéchèse catholique -Messe du jour (commentaire et homélie) -Les Saints du jour (leurs vies)
Catégorie :
Blog Religion
Date de création :
28.05.2007
Dernière mise à jour :
17.12.2010

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Au Baptême (2)
· Catéchisme (6)
· Découverte (11)
· Gustave doré (228)
· Histoire de l'Église (1)
· Images (102)
· Imitation de la Bienheureuse Vierge Marie (1)
· Info (21)
· L'Eglise et la mission (2)
· L'Esprit Saint (18)
· L'évangile de St Jean (3)
· L'imitation de Jésus-Christ (115)
· La Confession (1)
· Le mal, la souffrance, le silence de DIEU et le mystére du CHRIST (3)
· Le Rosaire (3)
· Le Saint Sacrement (2)
· Les Litanies (4)
· Les Saints (345)
· Livre de la Sagesse (8)
· Meditation (40)
· Petit lexique du Christianisme (1)
· Radio Chretienne (2)
· Saint Augustin d'Hippone (6)
· Saint Ignace de Loyola (1491 - 1556) (4)
· Saint Jean Chrysostome (5)
· Sainte Faustine L' APÔTRE DE LA MISÉRICORDE DIVINE (14)
· Saints d'Août (31)
· Saints d'Avril (31)
· Saints d'Octobre (31)
· Saints de Décembre (31)
· Saints de Fevrier (28)
· Saints de Janvier (31)
· Saints de Juillet (31)
· Saints de Juin (30)
· Saints de Mai (31)
· Saints de Mars (31)
· Saints de Novembre (30)
· Saints de Septembre (31)
· Sites chretiens (9)
· Traité de la Confiance en la Miséricorde de Dieu (47)
· Un verset (551)
· Video (28)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or jubilatedeo
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· CHAQUE JOUR UN VERSET DE LA BIBLE
· SITES INTERNET BIBLIQUES
· sites chretiens 2
· Arcabas: Les disciples d'Emmaüs
· Le Rosaire

· Sites chrétiens
· Les paraboles évangéliques
· Saint Ignace de Loyola: Principe et Fondement
· demander pardon en amour
· CHERCHER AVEC TOI MARIE
· ta face est ma seule patrie
· sites chretiens
· Christ Roi
· L'absence de Dieu... une autre forme de présence
· baptême de Jésus

Voir plus 

Statistiques 3701 articles


Derniers commentaires

comme il est bon d'espérer le retour du christ, mais comme il est inquiétant de penser que nous ne serons pas
Par Anonyme, le 26.10.2014

je souhaite recevoir tous les jours le verset biblique du jour
Par Gabriel Siewe , le 30.09.2014

amen et que la gloire de dieu nous couvrre a jamain
Par Anonyme, le 29.09.2014

il est mort sur la croix pour nous sauver.
Par fonin franck, le 17.09.2014

priere m'envoyez les versets quotidiens dans mon adresse: jacquesbahati2 5@yahoo.fr
Par Jacques+BAHATI, le 31.08.2014

Voir plus

RSS
Recherche

Les saints du jour (30 Octobre)

Les saints du jour (30 Octobre)

Publié le 29/10/2009 à 18:10 par jubilatedeo
Bienheureuse Bienvenue Bojani Tertaire dominicaine (+ 1292)

Née dans le Frioul en Italie. Elle entra dans le Tiers Ordre de Saint Dominique et se sanctifia ainsi sans entrer dans un couvent. Ses contemporains l'ont dotée de toutes les vertus, mais « on se demande quand elle eut le temps de les mettre en œuvre tellement son biographe nous la montre occupée à faire sans cesse des miracles. » (Englebert) Elle voulait imiter les souffrances du Christ. Un cilice ne lui suffisant pas, elle serra autour de sa taille une corde qui, peu à peu, lui entra dans la chair. Elle en tomba malade, couverte d'ulcères douloureux. Le pape Clément XII la béatifia en 1763, ratifiant ainsi le culte que le peuple lui rendait.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bienvenue_Bojani



Saint Agent (6ème s.)

Église Saint-Pien-Saint-Agen-Sainte-Colombe de Moyenvic
Anéantie à plus de 60 % par les bombardements alliés qui l'ont libérée le 8 novembre 1944, Moyenvic a été reconstruite par l'architecte Gilles Bureau. L'église Saint-Pien-Saint-Agen-Sainte-Colombe est sans nul doute l'édifice communal le plus moderne. Elle tranche avec les autres constructions du village dont l'architecture hésite encore entre tradition et modernité. Ce vaste volume de béton apparent est composé d'une nef unique très haute et d'un choeur à chevet plat. Il est couvert d'un toit-terrasse. Les élévations du vaisseau sont percées de dizaines de petites ouvertures disposées en quinconce. Le clocher de l'église participe à l'élancement et à l'originalité de la construction : en trident, il est entièrement ouvert sur l'extérieur.

saint Pient et sainte Colombe, à Moyenvic au diocèse de Nancy. Ils se sanctifièrent par leur solitude. Après leur mort et, à cause de leur réputation, l'évêque de Sens envoya une colonie de moines bénédictins fonder un monastère sur leurs tombes.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Moyenvic



Saint Alexandre et Cronion son serviteur (+ 250)
et les saints Cronion, Julien et Macaire à Alexandrie.
Saint Alexandre et son serviteur Cronion furent d'abord deshabillés pour être exposés à la risée publique puis recouverts de chaux vive. Julien et Macaire, après de nombreuses tortures, furent décapités. Treize autres chrétiens anonymes offrirent leur vie en même temps qu'eux pour ne pas renier leur foi en Jésus-Christ.



Bienheureux Alexis Zaryckyj prêtre et martyr (+ 1963)

Oleksa Zaryckyj, né à Bilch en Octobre 1912, prêtre de Lvov et martyr, il fut déporté, sous le régime soviétique athée, et mourut pour la foi au camp de travail de Dolinka près de Karaganda dans le Kazakhstan le 30 octobre 1963.
Béatifié en Ukraine le 26 juin 2001.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/001.html#2001

Voir aussi:
[url]https://theblackcordelias.wordpress.com/category/diocesan-priest-martyr/[/url]



Bienheureux Ange (+ 1739)

Originaire de la Calabre, Luc Antoine Falcone hésita beaucoup avant de devenir religieux. Bel exemple de persévérance, par trois fois, il entra chez les Pères Capucins puis en sortit. Mais dès qu'il eut fait ses premiers voeux sous le nom de frère Ange, il se lança sur le chemin de la perfection. Prédicateur, il préparait ses sermons avec beaucoup de conscience dans les premiers temps, mais, au moment de les prononcer, il perdait la mémoire. Il comprit alors que c'était là volonté de Dieu et se mit à lire, relire et méditer les Saintes Ecritures. Tout spontanément cette méditation incessante enflammait ses paroles, communiquant aux autres les sentiments spirituels dont il avait été pénétré par elle. Ses extases devinrent fréquentes et jusqu'à sa mort il répétait « Oh ! qu'il est beau d'aimer Dieu ! » et c'est ainsi qu'il rendit tranquillement son esprit.

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/10-30.htm#ange



Bienheureux Bernard de La Tour (+ 1258)

monastère de la chartreuse de Portes

du monastère de la chartreuse de Portes au diocèse de Belley. Il fut le treizième général de l'Ordre de saint Bruno. Nous savons que saint Bernard était en relation avec le roi saint Louis qui, à son instigation, fonda la chartreuse de Paris.

Voir aussi:
http://lieuxsacres.canalblog.com/archives/chartreuse_de_portes__01_ain_/index.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chartreuse_de_Portes



Saint Dragoutine (+ 1316)

Fils du roi de Serbie, Ouroch 1er, il chassa son père, s'empara du trône, et l'enferma dans un monastère. Quand il reconnut la gravité de sa faute, il céda la royauté à son frère qu'il jugeait plus digne. Il se retira dans une de ses propriétés de Bosnie pour y vivre en famille, dans le repentir. Il donnait ses biens aux pauvres et lui-même, en esprit de pénitence, dormait souvent dans une tombe pleine d'épines et de pierres tranchantes. Il soutint aussi le monastère de Sainte Catherine au Sinaï. Quelques années avant sa mort, il demanda de revêtir l'habit monastique.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stefan_Dragutin



Sainte Eutropie martyre à Alexandrie (3ème s.)
À Alexandrie, au IIIe siècle, sainte Eutropie, martyre, qui, ayant refusé de renier le Christ, fut torturée atrocement jusqu’à rendre l’âme.
Martyrologe romain



Saint Foillan Abbé de Fosses-la-Ville (+ 655)

A Fosse, près de Namur, la naissance au ciel de ce saint venu d'Irlande. Il était le frère de saint Fursy, abbé de Lagny dans la Brie française. Il prêcha d'abord l'Evangile en Angleterre et comme bien d'autres de son époque, il se rendit dans le nord des Gaules et particulièrement dans le Brabant. Lui et trois de ses compagnons furent égorgés par des malfaiteurs qui les dépouillèrent et traînèrent leurs cadavres dans la forêt. Les prodiges qui s'opéraient sur son tombeau le firent considérer comme un saint dès les premiers temps.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Feuillien_de_Fosses



Saint Gérard évêque en Italie du Sud (+ 1112)

Cathédrale de Potenza

À Potenza en Lucanie, l’an 1112, saint Gérard, évêque.
Martyrologe romain

voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Potenza



Saint Germain de Capoue Evêque (+ 545)
Légat du Pape à Constantinople sous l'empereur Justinien pour renouer l'unité entre l'Orient et l'Occident qu'un schisme divisait depuis quarante ans. Il réussit à éteindre ce schisme. Il était un grand ami de Saint Benoît, lequel, selon Godescard «vit son âme portée au ciel par des anges au moment de son décès.»

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Capoue



Sainte Hélène d'Anjou (+ 1276)

La reine Hélène d'Anjou et son fils Stefan Milutin, fresque du monastère de Gračanica, 1321

Née dans le Val de Loire, de la famille du roi de Sicile Charles d'Anjou, elle fut mariée au roi de Serbie Ouroch I pour des raisons d'alliance. Elle fut une bonne reine, une bonne épouse et une bonne mère. Deux des fils furent des saints : saint Théoctiste et saint Miloutine. Elle fit régner la concorde entre ses fils, se consacra à la défense de son peuple et accepta que son époux abdique son pouvoir royal pour devenir moine. Elle-même, tout en restant dans son palais royal, mena une vie simple. Quelque temps avant sa mort, elle rappela à son fils le roi Dragoutine : « Tu es aujourd'hui ici et demain on ne sait où, aujourd'hui monarque et demain sujet, aujourd'hui opulent et demain misérable. »

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsoctobre/oct30bis.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_H%C3%A9l%C3%A8ne_d%27Anjou



Saint Herbert (Henbern) (+ vers 915)

Cathédrale Saint-Gatien de Tours, construite entre 1170 et 1547.

Après avoir été abbé de Marmoutiers, il est nommé archevêque de Tours.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Archev%C3%AAque_de_Tours
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tours#Culture_locale_et_patrimoine



Saint Illogan de Cornouailles, Confesseur

Dans les anciens temps, c'était la coutume de dédicacer les églises aux saints avec qui une église avait été d'une manière ou d'une autre associée. Illogan est un nom Celtique que l'on trouve tant en Cornouailles qu'en Bretagne, et Illogan est le nom d'un saint Celte connu aussi bien en Bretagne que dans le Montgomeryshire.
Boderlogan, une ferme à Wendron, Cornouailles, s'épelait Bod-elugan en 1316, ce qui signifie "la maison d'Illogan". Il y a un saint Ilog qui est le patron d'Hirnant, à Powys, Pays de Galles, et se nom revient sous diverses formes dans cette paroisse. Plusieurs antiques calendriers Gallois comportent ce nom.
Quand William de Worcester visita le couvent Dominicain de Truro en 1378, on lui apprit que le corps du saint avait sa tombe dans l'église Illogan, la référence originale en latin était "Sanctus Illugham de Cornubia jacet prope Redruth, prope villam Truroburgh". Saint Illogan a pu avoir auparavant son propre jour de Fête, mais après la Réfome il l'a perdu comme beaucoup d'autres, ayant entrainé une réduction du nombre de jours fériés annuels. La Fête de saint Illogan a lieu à présent à la saint Luc - probablement parce que le nom de l'Evangéliste ressemble un peu à celui du vieux saint Celte.

Voir aussi:
http://web.archive.org/web/20030416191344/www.saint-illogan.org.uk/saint.htm
http://www.saint-illogan.org.uk/parish/illogan.htm



Saint Jean de Kotchourov (+ 1917)

Holy Trinity Cathedral est une église orthodoxe américaine du diocèse du Midwest située dans le secteur communautaire de West Town à Chicago

Envoyé jeune prêtre comme missionnaire en Amérique du Nord, il entreprit la construction de la cathédrale russe de Chicago. Revenu en Russie quelque temps avant la Révolution d'Octobre, il fut massacré en pleine rue, à Tsarskoïe Selo, par une groupe de marins bolcheviks six jours après le coup d'Etat. Il devint ainsi le premier martyr de la Révolution au sein du clergé russe. Il fut canonisé par le Patriarcat de Moscou en 1994, à la demande de l'Eglise orthodoxe d'Amérique.

voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Holy_Trinity_Cathedral_(Chicago)



Bienheureux Jean Slade martyr (+ 1583)
John Slade, originaire de Manston, Dochester, étudia à Oxford. Parce qu’il avait refusé de reconnaître la suprématie de la reine Élisabeth Ière dans le domaine spirituel, arrêté en même temps que le Bienheureux Jean Bodey, il fut pendu au gibet et affreusement démembré à Winchester en Angleterre.
Béatifié en 1929.



Bienheureux Jean-Michel Langevin prêtre et martyr (+ 1793)
Né à Ingrandes-sur-Loire, le 19 avril 1731, mort à Angers le 30 octobre 1793.
Alors que la terreur régnait en France, sous la Révolution, il fut guillotiné à cause de son sacercoce, premier d’une troupe d’une centaine d’hommes et de femmes qui demeurèrent unanimes dans la foi du Christ et témoignèrent fermement et sans peur jusqu’à la mort.

Homélie de la béatification de quatre-vingt-dix-neuf martyrs d’Angers, Jean-Paul II, le 19 février 1984.
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/1984/documents/hf_jp-ii_hom_19840219_beatificazione-repin-mazzucconi_fr.html

"Ce qu’ils voulaient, c’était rester fidèles à l’Eglise." (discours aux pélerins d'Angers)
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/speeches/1984/february/documents/hf_jp-ii_spe_19840220_pellegrini-angers_fr.html

Liste des bienheureux.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/001.html#1984

voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ingrandes-sur-Loire



Saint Joseph de Constantinople (+ 1283)
Il était prêtre marié. A la mort de sa femme, il devint moine puis higoumène. Réputé pour sa douceur et son amour à l'égard des pauvres, il fut le père spirituel de l'empereur Michel Paléologue. Devenu patriarche de Constantinople, il s'opposa à l'union avec Rome à laquelle travaillait l'empereur et, pour cela, fut déchu de sa charge de patriarche. Après la mort du patriarche « pro-latin » Jean Vekkos, il redevint patriarche, mais il mourut trois mois plus tard.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_de_Constantinople



Saint Lucain Martyr à Lagny, près de Paris (5ème s.)

Eglise de Lagny

Le bréviaire de diocèse de Paris, en 1640, le faisait originaire du Poitou, où saint Hilaire l'aurait baptisé. Prédicateur à Orléans, il vint à Paris et c'est là qu'il fut arrêté et rendit témoignage à la vérité du christianisme. La légende veut qu'il eût été décapité à Lagny.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lagny

Autre biographie:
L'auteur des "Antiquités de Paris" dit que saint Lucain vint des parties de l'Orient, en Poitou, et qu'il fut baptisé par saint Hilaire, évêque de Poitiers; mais cela ne peut s'accorder avec le temps de ses martyre, que l'on met sous Antonin; de plus, il paraît, par le Bréviaire de Paris imprimé en 1640 et que nous suivons ici, qu'il était originaire d'Aquitaine. Son zèle pour la gloire du Dieu lui fit quitter son pays afin de porter la lumière de la Foi dans diverses provinces des Gaules. Comme il déclamait hautement contre le culte des faux dieux et qu'il excitait partout les peuples à embrasser la Foi Chrétienne, il fut poursuivi à Orléans et enfin arrêté à Paris, où il s'était rendu pour continuer le ministère de la prédication de l'Evangile. Le juge le fit aussitit amener devant son tribunal et lui commanda de renoncer à la Foi et de sacrilier aux divinités du pays; mais le généreux missionnaire, bien loin de consentir à cette impiété, entra dans un saint emportement contre la superstition païenne et exhorta le tyran à y renoncer lui-même et à adorer Jésus-Christ, Sauveur du monde entier, dont il lui annonçait le grand mystère.
Ces paroles irritèrent tellement cet idolâtre que, pour récompense du Salut éternel qu'il voulait lui procurer, il le fît tourmenter en sa présence d'une horrible manière, n'y épargnant aucun instrument de supplice. Lucain endurait tous ces tourments avec une constance invincible et même avec tant de tranquilité que, dans une de ses plus grandes douleurs, il exhortait sans cesse les spectateurs de ses tortures à reconnaître la vérité du Christ. Enfin, le juge, voyant que plusieurs, touchés de son courage qui ne pouivait venir que du Ciel, détestaient les idoles et protestaient qu'ils voulaient être Chrétiens, donna contre lui une dernière sentence de mort et le condamna à avoir la tête tranchée. Elle ne fut pas plus tôt abattue que Lucain se leva sur ses pieds, la reprit entre ses mains et la porta comme en triomphe à une demi-lieue de l'endroit où il avait été exécuté; il la mit sur une pierre qui, en mémoire d'un si grand prodige, a été depuis appelée la "Pierre de saint Lucain". Là, son corps cessa de donner des marques de vie et se reposa sur terre.
Ses précieuses dépouilles furent enlevéee par les fidèles et enterrées avec grand soin, dans le temps de la persécution. Depuis (1666), elles furent mises avec beaucoup d'honneur dans une châsse couverte de lames d'argent, et placées sur le maître-autel de la cathédrale de Paris. On descendait cette châsse et on la portait en procession, dans les nécessités publiques, avec celles de saint Marcel et de sainte Geneviève. Aujourd'hui, Notre-Dame de Paris ne possède plus ce trésor.
Nous avons conservé, en l'actualisant, le récit du père Giry.



Saint Marcel le Centurion Martyr à Tanger (+ 298)

Saint Marcel, son épouse None et leurs enfants.
Retable de saint Marcel, église Saint-Marcel de Léon. Espagne.

Originaire de la Galicie, il s’engage comme soldat dans une unité basée à Tanger (Maroc actuel), puis il est rapidement promu au grade de centurion. Il épouse une jeune fille prénommée None et douze enfants naissent de cette union. Après avoir entendu un prêche de l’évêque Décence, il se convertit au Christianisme, et ainsi font sa femme et ses enfants. Pendant les fêtes organisées en l’honneur de l’anniversaire de l’empereur Maximin, alors que les troupes sont toutes rassemblées, il refuse tout d’abord de sacrifier aux idoles, puis il se déclare Chrétien, et enfin il retire son équipement militaire et le jette aux pieds des dignitaires présents. Traduit devant un magistrat dénommé Fortunatus, il persiste dans sa détermination et après un cours procès il est condamné à être décapité. Tous les enfants de Saint-Marcel subissent le même sort de leur père et meurent en martyrs.

Autre biographie:
La Passion du centurion Marcel est un document de bon aloi, malheureusement transmis par des texte,s gâtés. Voici un essai de traduction établi sur l'édition procurée en 1943 par le R. P. de Gaiffier (d'après Madrid, Bibl. nat., A. 76; puis Paris, Bibl. nat., lat. 17002).
"1. Le 5 des calendes d'août, sous le consulat de Faustus et de Gallus [28 juillet 298], Marcellus, centurion, ayant comparu devant le gouverneur Astasius Fortunatus, celui-ci lui demanda : "Est-ce vrai que tu aies jugé bon, contre la discispline, d'ôter le ceinturon et de jeter à terre l'épée et le cep de vigne?"
Saint Marcel répondit : "Oui, le 12 des calendes d'août [21 juillet], quand vous avez célébré la fête de votre empereur, je t'ai déjà déclaré à haute voix que j'étais Chrétien et que je ne pouvais le servir comme officier. Je ne sers que Jésus-Christ, le Fils de Dieu tout-puissant".
Fortunatus répliqua : "Tu as fait scandale, je ne puis étouffer l'affaire. Je suis obligé de te déférer à nos seigneurs Augustes et Césars. Tu seras donc envoyé au tribunal de mon seigneur Agricolanus.
2. [Texte de l'accusation.] "Manilius (sic) Fortunatus, à son cher Agricolanus, salut. Comme nous célébrions le jour si bienheureux et si joyeux pour tout l'univers de la propre naissance de nos Augustes et Césars, je t'informe, seigneur Aurelius Agricolanus, que Marcellus, centurion ordinaire, pris de je ne sais quelle folie, s'est spontanément défait de son baudrier, et a cru bon de jeter devant le front des troupes de nos seigneurs l'épée et le cep qu'il portait. Je me suis vu dans la nécessité de déférer l'affaire à ta juridiction, et de t'envoyer l'inculpé".
3. Sous le consulat de Faustus et de Gallus, le 3 des calendes de novembre [30 octobre 298], à Tingi [Tanger], Marcellus, centurion, fut introduit devant le juge. Lecture fut donnée des pièces par le greffier : "Le gouverneur Fortunatus a déféré à ta juridiction Marcellus ici présent. Voici la lettre écrite à son sujet et dont je vais donner lecture, si tu l'ordonnes".
Agricolanus prononça : "Lisez". Après lecture, Agricolanus demanda à l'accusé : "As-tu dit ce qui est consigné dans
l'acte? - Je l'ai dit. - Chacune de ces paroles? - Oui. - Tu servais comme centurion ordinaire? - Oui. - Quelle folie furieuse t'a poussé à répudier tes serments pour suivre ces aberrations? - Il n'y a pas de folie à craindre Dieu. - Tu as jeté tes armes? - Oui. Il ne convenait pas à un Chrétien de s'empêtrer dans le service du siècle. Il sert le Christ Seigneur". Agricolanus conclut : "Le cas de Marcellus est de ceux que sanctionne la discipline. Attendu que Marcellus,
qui servait en qualité de centurion ordinaire, a publiquement répudié en termes infamants son serment militaire, et qu'en outre, comme il appert de l'acte du gouverneur, il s'est répandu en paroles furieuses, il est décidé qu'il sera châtié par le glaive".
Comme on le menait au supplice, le même Marcellus dit : "Agricolanus, Dieu te bénisse!"
C'était bien ainsi que Marcellus, le martyr glorieux, devait quitter le monde.

Saint Marcel le Centurion. Eglise Saint-Marcel de Léon. Espagne.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_Maroc#Antiquit.C3.A9
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/10/30/index.html



Saint Marcien évêque en Sicile (2ème s.)
À Syracuse en Sicile, peut-être au IIe siècle saint Marcien, vénéré comme le premier évêque de la cité.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Syracuse



Saint Maxime martyr en Campanie (+ 303)
À Cumes en Campanie, l’an 303, saint Maxime, martyr.
Martyrologe romain

voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cumes



Saint Miloutine (+ 1320)

Fils du roi Ouroch et de la reine sainte Hélène, et devenu prince à la suite de la démission de son frère saint Dragoutine, il partit en guerre contre l'empereur Michel Paléologue parce que celui-ci avait accepté l'union avec Rome. En montant sur le trône, il avait fait le voeu de construire autant d'églises que d'années de son règne. Il en construisit quarante-deux dans son pays comme aussi à Thessalonique, Constantinople, Jérusalem et Sofia. Il avait l'habitude de visiter son peuple, revêtu d'habits pauvres, le soir pour se renseigner sur les besoins de ses sujets afin de leur venir en aide. Il vivait d'une manière modeste et familiale. Il repose à Sofia en Bulgarie.

Cathédrale Sainte-Nedelja de Sofia conserve depuis les environs de 1460, les restes du saint roi serbe Etienne VI Miloutine

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stefan_Uro%C5%A1_II_Milutin
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Sainte-Nedelja_de_Sofia



Saint Saturnin Martyr (+ v. 304)
Martyr à Cagliari, en Sardaigne.
Il "eut la tête tranchée par ordre du président Barbare, l'an 304, pendant la persécution de Dioclétien."
(Source: Dictionnaire hagiographique de Pétin, Jacques-Paul Migne)
http://books.google.fr/books?id=tmYAAAAAMAAJ&pg=RA5-PA975&lpg=RA5-PA975&dq=saturnin+cagliari&source=web&ots=zGO5Q9b5G7&sig=Ahac9YWhtFG6hvCo1pLRO91G9T8&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=1&ct=result

voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cagliari



Saint Sérapion Evêque d'Antioche (+ 211)
SÉRAPION, institué évêque d'Antioche la 11ème année du règne de Commode, écrivit sur l'hérésie des montanistes une lettre à Carinus et Pontius dans laquelle on remarque ces paroles : "Je veux vous faire voir que les absurdités de cette hérésie, ou, comme ils disent, de la prophétie nouvelle, ont été repoussées par le monde entier. Dans ce but, je vous envoie les lettres du bienheureux Apollinaire, évêque d'Hiéropolis". Sérapion a composé en outre 2 épîtres dont la première est adressée à Domnus qui, au temps de la persécution, était passé aux Juifs; la seconde, écrite pour l'Eglise de Rhoson en Cilicie, traite de l'évangile qui porte le nom de Pierre, et dont la lecture avait fait tomber cette Eglise dans l'hérésie. On conserve encore dans plusieurs endroits de courtes épîtres de cet auteur qui répondent à sa vie toute ascétique.

S. Jérôme, De viris illustribus, n. 41
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/jerome/002.htm

Autre biographie:
Comme beaucoup de personnages des premiers siècles qui ne sont pas martyrs, Sérapion d'Antioche n'avait pas reçu de culte après sa mort, et ses compatriotes d'Orient n'ont jamais réparé cette lacune, tandis que les Occidentaux, à la suite d'Adon dont on connaît les innovations en cette matière, répètent son nom dans tous les martyrologes. Sérapion a été le 8ème évêque d'Antioche après saint Pierre. Son épiscopat dura une vingtaine d'années, de 190 ou 191 à 211 ou 212. Saint Jérôme et Eusèbe nous ont transmis le souvenir de son activité, car tous ses écrits sont perdus.
La crise montaniste avait fortement secoué les Églises d'Asie. Sérapion ne pouvait s'en désintéresser; après un Concile, il écrivit à 2 personnages qui occupaient sans doute une situation assez élevée, Caricus et Pontius, pour réfuter l'hérésie; sa lettre se terminait ainsi : "Afin que vous sachiez que l'action de cette organisation trompeuse qu'on surnomme la nouvelle prophétie est réprouvée par tous les frères dans le Christ répandus dans toute la terre, je vous envoie les écrits de Claudius Apollinaire, le très heureux évêque d'Hiéropolis en Asie". Sérapion fit signer sa lettre par quelques évêques, dont Aurelius Quirinius et Aelius Publius Julius, évêque de Delbelte. Son envoi constitua un dossier antimontaniste dont la bonne influence fut durable.
Une autre hérésie plus ancienne vivait toujours, le docétisme, qui s'appuyait sur des apocryphes. Certains Chrétiens de Rossos en Cilicie avaient été égarés en lisant l'évangile attribué à Pierre. Sérapion écrivit un livre sur le sujet, où il résumait ainsi son opinion : "Frères, nous recevons Pierre et le reste des Apôtres comme le Christ, mais nous sommes assez avisés pour répudier les écrits mensongers mis sous leurs noms, sachant que nous n'avons rien reçu de tel. Étant près de vous, je supposais que vous étiez tous attachés à la vraie Foi, et n'ayant pas lu l'évangile présenté par eux sous le nom de Pierre, je disais : 'Plutôt que de paraître montrer de la petitesse d'esprit, laissons-le lire'. Mais maintenant j'ai appris par ce que j'ai lu que leur esprit s'enfonce dans l'hérésie... Après nous être procuré cet évangile auprès de gens qui l'avaient pratiqué, successeurs de ceux qui avaient commencé à l'introduire et que nous appelons docètes (car la plupart de leurs sentiments sont de cette école), nous avons pu le parcourir : nous y avons trouvé beaucoup de choses conformes à l'enseignement véritable du Sauveur et un certain nombre en désaccord que nous vous soumettons".
Sérapion écrivit aussi à un certain Domnus, qui lors de la persécution était tombé dans les erreurs des Juifs; au dire de saint Jérôme, il rédigea de courtes lettres conformes à la vie sainte qu'il menait.
Il mourut en 211 ou 212.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rapion_d%27Antioche



Saint Suliac Moine gallois (+ 606)

Église de Saint-Suliac

Moine gallois, fleuri de légende. Il évangélisa la région d'Aleth ou Saint Malo.

Voir aussi:
saint Suliau, dans la liste des saints de Bretagne célébrés au diocèse de Quimper et Léon
http://catholique-quimper.cef.fr/decouvrez_notre_patrimoine/bol-d-air-breton

et Tysilio of Wales, Abbot (AC)
http://www.saintpatrickdc.org/ss/1108.shtml

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Suliac
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Suliac
http://valderance.free.fr/suliac0.htm



Sainte SCIUSCIANIK (Suzanne ; +475)
L’Église de Géorgie fait mémoire en ce jour du martyre de la Grande Duchesse Sciuscianik, qui s’est achevé le 17 octobre 475, après une longue incarcération qu’elle a subie en raison de sa foi chrétienne.
L’aventure de Sciuscianik, historiquement, nous est parvenue grâce à l’admirable récit hagiographique de Jacques Chuzesi, confesseur de la sainte, le plus ancien et sans doute le plus grand écrivain religieux de Géorgie.
Sciucianik était la fille de Vardan Mamikonyan, aristocrate arménien ; elle fut donnée en mariage à Varsken, Grand Duc de Karthli, en Géorgie orientale. Leur union fut altérée quand Varsken, pour des raisons politiques vraisemblablement, se convertit au zoroastrisme en présence du roi des Perses. Sciuscianik accusa son mari d’apostasie ; elle fut arrêtée, incarcérée et soumise à des humiliations publiques. En prison elle ne voulut aucun privilège, et devant la décision irrévocable de son mari, elle mourut, après six ans de souffrances, épuisée par les jeûnes et les mortifications.
Ce 30 octobre, le Patriarcat de Géorgie fait mémoire de Sciuscianik. L’Église d’Arménie la célèbre le jeudi qui suit le deuxième dimanche après la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix.

Lecture

Quand j’entrai, je vis qu’elle était couverte de balafres et le visage tuméfié. Je lui dis : « Laisse-moi nettoyer ton visage du sang qui le couvre et de la poussière qui irrite tes yeux ; je vais t’appliquer des onguents et te donner des médicaments pour alléger tes douleurs sans cesser de plaire à Dieu ». Mais Sciuscianik me répondit : « Père, ne dis pas cela : le sang que tu vois est pour la purification de mes péchés ». Alors j’élevai la voix et commençai à pleurer. Mais Sciuscianik d’intervenir : « Ne pleure pas pour l’état dans lequel tu me vois : cette nuit, pour moi, a marqué le commencement de ma joie »

(Jacques Chuzesi, Passion de sainte Sciuscianik)



Bienheureux Térence-Albert O’Brien évêque et martyr, de l’Ordre des Prêcheurs (+ 1651)

Dominicain, né en 1601 à Tower Hill, Co Limerick, Irlande, évêque à la tête de l’Église de Emly, il se dépensa pour soigner les gens atteints de la peste, mais, arrêté par des soldats, sous le régime de Cromwell, il fut conduit au gibet en haine du sacerdoce et de la foi catholique à Limerick le 30 octobre 1651.
Béatifié le 27 septembre 1992 par Jean-Paul II avec 16 autres martyrs catholiques irlandais.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/001.html#1992

voir aussi:
http://celticsculpture.com/tag/caught/



Saint Tertios (1er s.)
et les saints Marc, Justus et Artémas. Ils faisaient partie des soixante-dix disciples du Seigneur. La tradition veut qu'ils devinrent évêques et qu'ils moururent dans la paix du Seigneur après avoir glorifié Dieu par leur conduite et leur parole.



Les Églises font mémoire…

Catholiques d’occident : Marcel de Léon (+298), martyr (calendrier mozarabe)

Coptes et Ethiopiens (20 babah/teqemt) : Jean Colobos, moine (Église copte) ; Elisée (IXe s. av. J.-C.), prophète (Église d’Ethiopie)

Luthériens : Godescalcus (+868), moine et théologien en France ; Jakob Sturm (+1553), maire de Strasbourg

Maronites : Baruch (VII-VIe s. av. J.-C.), prophète ; Sérapion (II-IIIe s.), patriarche d’Antioche

Orthodoxes et gréco-catholiques : Zénobe et sa sœur Zénobie (+285), martyrs ; Sciuscianik, martyre ; Joseph Giandieri (+1770), catholicos (Église géorgienne).